top of page

Podcast : comment trouver ta voix ?

Dernière mise à jour : 12 mai

Chaque lundi, Skadi & Co publie sur le blog un article de la mini-série pour t’aider à construire ton podcast sur des bases solides. Une manière de t’accompagner dans le lancement de ton podcast ou dans l’amélioration de ton contenu. Et pour aller plus loin, nous proposons aux abonné-e-s de notre newsletter une fiche d’exercices. C’est chaque vendredi, directement dans ta boîte mails ! N’hésite pas à t'inscrire : c’est gratuit, et ça prend vraiment 30 secondes chrono ! :)


Spoiler alert : même pas besoin d’en arriver là pour trouver ta voi(e)x ;)

Au sommaire d’aujourd’hui :


Dans l’article de cette semaine, je t’emmène dans l’intime à la découverte de… ta voix.

Je ne compte plus le nombre de fois où les personnes que j’accompagne m’ont dit :

« Olala, mais je ne vais jamais pouvoir faire une interview !! J’ai trop peur de parler dans un micro ! »

"Je déteste ma voix ! Ça va être très dur de me réécouter ! »


« Je ne m’exprime pas très bien et je cherche souvent mes mots : est-ce que je peux vraiment faire des interviews ?

 

Focus : tout le monde peut devenir un-e bon-ne interviewer-weuse

Même si la barre te parait vraiment haute et que tu as toujours détester les exposés qui nécessitaient de parler devant un public de plus de deux personnes, pas de panique ! Chez Skadi & Co, on est persuadés que tout peut s’acquérir avec du travail !

Peut-être que ta première interview sera un peu balbutiante, mais ce qui compte c’est d’écouter des contenus produits par d’autres personnes et de s’entraîner encore et encore.


 

Préambule : lister les difficultés liées à l’interview

Le plus dur lors d’une interview, c’est certainement de penser à tout en même temps :

  • poser des questions de manière claire et posée,

  • écouter les réponses de ton invité-e pour rebondir avec intelligence,

  • débuter et terminer l’interview dans le temps imparti,

  • gérer la technique de l’enregistrement grâce à un enregistreur,

  • parler assez près du macro pour maximiser la qualité du son !

Alors entre les imprévus, les retards, les balbutiements, je mise encore une fois de plus tout sur… la préparation ! (Je sais que tu n’es même plus étonné-e :) )

La difficulté avec le média radio et podcast, c’est peut-être celle de l’écriture.

Parce que oui, écrire pour le son, ça s’apprend.

Et j’ai écrit une méthode facile à suivre pour t’aider


Comment développer son écriture radiophonique ?

Etape 1 : écrire au kilomètre

Commence par ton introduction de podcast. Ne te laisse pas avoir par la peur de la page blanche. L’idée ici c’est d’écrire au kilomètres sans te soucier de l’objectif : on prendra le temps de relire ensuite.

Pour écrire ton introduction, il faut reprendre le contexte en partant des fameux « 5W » : Who, What, When, Where, Why : soit qui, quoi, quand, où, pourquoi auquel j’aime ajouter le « comment »

Ici, tu repositionnes le contexte pour mettre à tous tes auditeur-e-s à niveau et présenter le sujet du jour.

Etape 2 : relecture à haute voix

Lors de cette étape, souligne TOUS les passages qui te paraissent compliqués à dire.


Relis une deuxième fois en reformulant ces passages pour qu’il soit plus faciles à dire. Par exemple, il est plus difficile de dire des phrases ou des mots longs, mais aussi des syllabes dont les consonances se répètent.

Pour trouver des synonymes, il te suffit de filer sur le générateur de l’université de Caen ! :) [https://crisco4.unicaen.fr/des/]

Etape 3 : les respirations

Une fois que ton texte te parait plus facile à dire et à comprendre, je te conseille plusieurs actions qui ont un impact direct sur la lecture de ton texte :

  • augmente la taille de la police de ton texte jusqu’à 18pt

  • reviens à la ligne à chaque respiration que tu veux marquer,

  • souligne les morceaux de textes qui sont plus difficiles à articuler.

L’astuce pour avoir un texte radiophonique, c‘est d’écrire comme tu parles.

Ce n’est pas très facile au début, mais il faut vraiment que tu penses « clarté et articulations ».

Comment se préparer physiquement à une interview ?

J’ai très souvent entendu dire qu’il fallait boire un verre d’eau avant de prendre le micro. Et c’est certainement le pire conseil qu’on pourrait te donner.


Avant une interview, j’ai un rituel bien rodé qui me permet d’être dans les meilleurs dispositions possibles :


  • j’échauffe mon corps est étirant tous mes muscles, et plus précisément ceux du haut du corps : ma nuque et mes bras,

  • je fais quelques exercices de respirations pour me détendre,

  • je fais des exercices de dictions avec des phrases compliquées à dire, en mettant un crayon entre mes lèvres (bonjour les courbatures aux zygomatiques, mais c’est pour la bonne cause !)

  • je ne mange plus rien au moins 45 minutes avant l’interview,

  • je prends mon dernier verre d’eau au moins 15 minutes avant le début de l’interview,

  • je récite mon introduction et mes questions pour m’entraîner.


Et puis, c’est le moment de l’interview :)

Comment poser sa voix en interview ?

D’abord revenons aux bases : qu’est-ce que « poser sa voix » ?

C’est trouver la bonne hauteur et la bonne intention de voix pour faire passer ton message.

Même sans l’image, un sourire s’entend ! Avec la voix, on peut faire passer toutes une palette de sentiment : la peur, la colère, la joie, la tristesse, la déception,…

Alors poses-toi la question : quels sont les sentiments que tu souhaites transmettre à tes auditeur-e-s ?

Il y a quelques temps je suis tombée sur une émission sur la RTS « Pourquoi préfère-t-on les voix graves ? » : ça m’a beaucoup questionné mais ça a aussi fait écho avec une phrases que j’entends depuis quelques années : « Emilie, ta voix est devenue plus grave depuis que tu fais de la radio ! »

Dans cette émission, on apprend qu’il y a un mécanisme dans le cerveau qui nous permet d’apprécier plus les voix graves que celles qui sont les aigües ! Alors, une voix avec les contours lissées, rondes, sont celles qui sont le mieux entendues.

Pour poser ma voix, je compte beaucoup sur la respiration.

Je me concentre sur ce que j’entends dans mon casque et j’essaye de garder un timbre grave, mais sans me blesser non plus !!

N’en loupe pas un flocon

La mini-série, c'est sur Instagram, LinkedIn et le site internet avec un post par semaine accompagné d’un article ! Et si tu as des questions sur l'élaboration d'un podcast, c'est le moment d'écrire un commentaire sous cet article :)


> Nos meilleurs exercices sont envoyés à tous-tes nos abonné-e-s dans la newsletter de vendredi prochain : n’hésite pas à t’inscrire en cliquant sur ce lien. C’est entièrement gratuit ! :)

À lundi prochain pour d'autres conseils !


 

Accueil

NOS SERVICES

Une production sonore sur mesure

 

Ils m'ont fait confiance

A propos de Emilie

Contact

ECOUTER / RADIO

Actualités / Radio-confinée

** Vivre en République Démocratique

du Congo et revenir à l'heure du Covid19

- le témoignage de Camille

** Oasis interdites, Ella Maillart, lecture

en direct, épisodes de 30 minutes,

en live sur Campus Grenoble et sur le

player de Radio Campus France, à 14h

Actualités

** Boîte rouge pour Salle Noire, épisode 3

"La Cinémathèque à la maison"

** Echos de Sciences, épisode 2,

Ecologie du numérique avec

Françoise Berthoud

Productions

 

Emissions de radio

SCIENCES

 

- Echos de sciences Grenoble, émission produite

et réalisée pour la Casemate

** Cartographies sonores

** Formations radiophoniques

Le blog

bottom of page